Rechercher

AVANT DE CONSTRUIRE LE PERSONNAGE, APPRENDRE A SE DECONSTRUIRE SOI ...

Mis à jour : nov. 18

Se déconstruire pour se recréer dans sa proposition, dans sa création, dans son oeuvre. Ainsi partager le plus intime de soi-même.


Nous portons tous en nous, dans nos corps, dans nos âmes, dans notre être, l’entièreté de notre existence. Nos corps, nos pensées, nos intellects, se sont adaptés et façonnés en fonction de nos environnements, nos sociétés, nos parcours de vie.

Des habitudes se sont ainsi ancrées : qu’elles soient réactives, perceptives, corporelles, émotionnelles, psychologiques ...


il faut d’abord un « nettoyage » énergétique, corporelle, sensitif …

La matière où se "sculpte" ses habitudes est notre corps : siège réceptif, éponge de l’ambiant et des vibrations du monde.


De fait, il est bon de faire le bilan anatomique de nos attitudes physiques et posturales : trapèzes crispées ou trop lâché, nuque ankylosée, épaules dissymétriques, ouvertes ou fermées, sternum enfouie où protubérant, coccyx retroussé, jambes raides ou pas assez dynamique, pieds « ouverts » … autant d’indicateurs, de marqueurs de notre vécu.


Pour se rendre compte de tout cela, il faut une acceptation et une exigence remarquable.

Cela peut s'avérer être un travail de ré-apprentissage et de redécouverte difficile de soi-même. Il n’est pas toujours agréable de sortir des habitudes et de ce que certains appellent nos « zones de conforts ».

Surtout, il n’est pas facile de sortir de l’identité corporelle que nous nous somme forgé au gré des années. Il faut pour cela la patience de chercher à comprendre, à sentir, à conscientiser, à débloquer, à abandonner certaines habitudes physiques, qui sont pourtant des constituantes de cette identité : de nos protections ou de nos traumas, de nos facilités ou de nos aisances. De l’équilibre que nous avons réussit à constituer.


Il faut ouvrir, assouplir, muscler, rendre plus flexible telle ou telle partie du corps, telle ou telle articulation. Il s’agit là d’un apprentissage et d’une recherche en soi. Dans une écoute totale de nos mécanismes internes.

Donc d’un travail de longue haleine, d’étude et de compréhension. Il demande une abnégation totale et une immense persévérance.


Il faut donc laisser le temps au temps pour se restaurer pleinement : réparer, ouvrir, changer, effacer …


Cela feras appel à des bouleversements important de soi. Ouvrira des champs que l’on ne voudra pas forcement visiter.


Et pourtant, pour incarner un autre, n’est il pas indispensable de réussir à se lisser un corps suffisamment disponible à d’autres possibles. N’est-il pas indispensable d’aller visiter des postures et emprunter des corps qui sont loin des nôtres. Parfois porteurs d’états, de motivations, de pensées que l’on se refuse, que l’on réfute d'être.

Cela feras appel a des éléments bouleversants, ouvrira des champs que l’on ne voudra pas forcement visiter.

Car la capacité des interpètes danseurs, acteurs, n’est elle pas celle-ci : de devenir autres. De se prêter corps et âme, le temps d’une composition, à incarner quelqu’un, à mettre en chair le personnage, l’archétype, le message ou les paroles d’un auteur …

Deconstruire son corps, son être et entrer dans celui d’un autre, qui n’aura ni le même rythme, ni le même regard, ni la même perceptions des choses, des situations, des énergies qui se présenteront à lui n’est ni évident, ni inné.


Il s’agit d’une connaissance incroyable de soi. D´un travail d’orfèvre de réglages internes.

Et pour cela, plus l’artiste se « déconsrtuit » plus il se rend à l’écoute pour composer et créer avec l’ensemble des éléments qui l’entoure : l’énergie d’un espace, d’un public, d’un partenaire, d’un texte.

Plus il s’efface, plus il laisse place à l’ensemble des paramètres présents autour de lui, qui seront ses outils et la matière de son inspiration et de sa création.

Plus il aura de matière pour composer et pourra se recréer dans sa proposition, dans sa création, dans son oeuvre et alors partager le plus intime de lui même.

©Peter Tournier.

236 vues

Nous suivre

  • Facebook - White Circle

​© Peter Tournier | INTERCULTURAL METHOD